Son Altesse rousse

Et non, l’Avinlanche ne devient pas un blog people et continue de se concentrer sur les boissons alcoolisées. Pour cet article je vais vous parler du cépage roi des vins blancs de Savoie et du Bugey : l’altesse, que vous rencontrerez aussi sous le nom de roussette.

Il ne s’agit pas à proprement parler d’un cépage oublié, mais l’altesse n’est pas non plus un de ces cépages que l’on retrouve de partout. D’après l’interprofession des vins de Savoie on la retrouve sur près de 200 hectares, sachant que le vignoble savoyard est estimé à près de 2 000ha, soit en gros 10% . Concernant son origine, il n’existe aucune source complètement certaine. Le plus souvent, l’altesse est annoncée comme étant originaire de Chypre. Anne de Lusignan (fille du Roi de Chypre) l’aurait ramenée en Savoie suite à son mariage avec Louis II, Duc de Savoie durant le XVème siècle, du moins avec l’ancêtre de la roussette. Il existe d’autres pistes quant à son origine. Le « pape » des ampélographes (la science des cépages), Pierre Galet, trouve que l’altesse se rapproche beaucoup d’un cépage hongrois, le furmint. Et l’origine du furmint est encore floue… Originaire d’Italie ? De Chypre (tiens donc…) ? Bref, complètement savoyard ou importée au cours du Moyen-Âge, impossible de savoir. Dans tous les cas l’altesse n’est maintenant trouvable que par chez nous et gagne petit à petit en renommée.

Une belle grappe d’altesse qui a tendance à roussir

Concernant son nom, il ne faut pas chercher très loin. Le terme roussette vient tout simplement de la couleur des raisins qui ont tendance à roussir grâce au soleil, alors que le terme altesse a de fortes chances d’être lié aux Ducs de Savoie, les vins issus de ce cépage leur étant réservés. Enfin, c’est ce que l’on raconte mais encore une fois aucune possibilité de vérifier cette information à 100%. Petit détail qui a son importance également, mais on parle souvent du cépage comme étant l’altesse, du moins en Savoie, alors que l’appellation est Roussette, que l’on peut ensuite faire suivre d’une dénomination géographique plus ou moins précise : de Savoie, de Frangy, de Marestel, de Monterminod, de Merthoux ou encore du Bugey. Les appellations un peu plus précises géographiquement se situent sur l’axe entre Chambéry, la rive Ouest du Lac du Bourget et Frangy, en passant par Seyssel (où l’on fait des vins 100% Altesse dans l’AOP Seyssel). Bien entendu il est possible d’en faire en dehors de ces appellations ou encore de faire des assemblages avec d’autres cépages.

Maintenant que vous en savez un peu plus sur l’origine de ce cépage et où on peut le trouver, il faut parler de ce que l’on va retrouver dans le verre. Je vous épargne la multitude de détails concernant la culture de la vigne ou autres et vous parler de ce que l’on obtient comme type de vin. L’altesse est d’une certaine façon la reine des vins blancs savoyards. Moins présente sur le territoire que la jacquère, elle est souvent considérée comme plus qualitative et permet d’avoir des vins plus riches. En effet, l’altesse est un cépage qui d’une part va avoir une belle acidité tout en ayant un peu plus de sucres que la jacquère. Il n’est donc pas rare de se retrouver face à une bouteille de Roussette de Savoie où il reste quelques sucres (de l’ordre de quelques grammes). Au niveau aromatique on retrouve souvent des notes de miel ainsi que de fruits mûrs comme la pomme, la poire, le coing ou encore la pêche. Il n’est pas rare non plus de retrouver des arômes plus floraux ou bien rappelant l’amande.

Du côté de Jongieux, pas très loin du cru répute de Marestel

Il s’agit là de l’un de mes cépages préférés, qui permet souvent de chouettes accords. En fonction des cuvées et des producteurs vous pourrez accompagner votre altesse d’un plat savoyard (raclette, tartiflette), d’une volaille à la crème ou encore d’un joli poisson assez fin. Il est même possible de tenter des accords avec des makis et sushis ou pourquoi pas un tajine de poulet à l’abricot. Si vous cherchez quelques producteurs pour découvrir ce cépage, je vous conseille d’aller voir du côté de Franck Peillot dans le Bugey, du Domaine Dupasquier à Jongieux ou encore chez Nicolas Ferrand des Côtes Rousses.

Laisser un commentaire